Communiqué de presse- Campagne de reconnaissance et financement

RQGE

Communiqué de presse- Campagne de reconnaissance et financement

fb_banniere-reconnaissance-et-financementVersion PDF du communiqué

Signer la pétition

Accéder à la page de la campagne

Communiqué de presse

Pour diffusion immédiate

Les écologistes font du Québec un leader en environnement

Lancement d’une campagne de reconnaissance et de financement

Montréal, le 14 décembre 2016 – Le Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE) appelle la population à signer une pétition demandant au premier ministre de soutenir les groupes écologistes. Acteurs incontournables d’un Québec qui vise à être un leader en environnement, les groupes communautaires en environnement sont plus vulnérables que jamais.

À bout de souffle dû à l’absence de financement à la mission, ces groupes peinent à accomplir leur mandat. Alors que le budget du ministère du Développement durable de l’environnement et de la lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) ne représente que 0,2 % du budget de la province, les groupes communautaires en environnement sonnent l’alarme.

Que revendiquent les groupes environnementaux ?

Un financement adéquat permettant la pérennisation de leur mission, entre autres, par :

  • Le rétablissement et la bonification du soutien à la mission des groupes nationaux, insuffisant depuis des années et désormais non reconduit.

  • Un financement à la mission pour les organismes locaux et régionaux

Quelques faits

  • Le secteur de l’environnement est le parent pauvre de l’ensemble du secteur communautaire déjà sous-financé. En 2013-2014, l’ensemble du communautaire se partageait un financement à la mission de 526 540 000$, dont seulement 390 000$ pour le secteur environnemental.

  • Alors qu’un modeste 390 000$ était attribué à 6 groupes nationaux en 2013, le financement est aujourd’hui de 0 $.

  • Le financement à la mission globale est le type de financement le plus important pour un organisme.

  • Investir dans le financement à la mission crée des emplois sur l’ensemble du territoire et génère des retombées économiques équivalant de 2 à 9 fois leurs investissements.

  • Trois ministères sur quatre ne se conforment toujours pas à la Politique de reconnaissance de l’action communautaire de 2001, pourtant en vigueur depuis 15 ans déjà.

Citations

  • « Sans les groupes communautaires en environnement, nous n’aurions pas les lois que nous avons actuellement, entre autres, pour une gestion écologique des matières résiduelles. Les groupes ont joué un rôle majeur dans la mise en place des cadres réglementaires pour protéger l’environnement », exprime Karel Ménard, du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets.

  • «Au RQGE, nous constatons que la majorité de nos membres subissent la précarité au quotidien. Cela se traduit par une diminution de la vigilance dans plusieurs dossiers, un manque de représentativité citoyenne au sein des consultations et des lacunes en éducation relative à l’environnement, un aspect essentiel à la protection des écosystèmes et à un mode de vie responsable » déclare Maude Prud’homme, présidente du RQGE.

  • « Dans une petite organisation, devoir couper même un seul poste a des répercussions majeures sur notre capacité à remplir notre mission en plus de rendre difficile la clôture de notre budget annuel », témoigne Charlotte Cordier, coordonnatrice générale de Cyclo Nord-Sud.

  • « L’éducation relative à l’environnement est le moteur de changements de comportements. Les activités de sensibilisation du public, en particulier auprès des jeunes, permettent d’outiller les citoyennes et les citoyens afin qu’ils adoptent des comportements plus durables », déclare Catherine Gauthier, directrice générale d’ENvironnement JEUnesse.

  • « À mes yeux, les groupes environnementaux donnent de la visibilité à des enjeux planétaires qui échappent souvent à la perception des gens. Ils mobilisent la population et leurs élus dans des efforts individuels et collectifs. En ce sens, leur mission de sensibilisation et d’éducation doit être considérée d’intérêt public », exige Sylvain Gaudreault, député intermédiaire ayant déposé la pétition à l’Assemblée nationale, député de Jonquière et porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement et de lutte contre les changements climatiques, qui a déposé la pétition à l’Assemblée nationale.

Pour signer la pétition

Les citoyen(ne)s sont invités à signer la pétition pour exiger le rétablissement d’un programme de soutien à la mission des groupes environnementaux : bit.ly/petition-ecologistes

À propos du Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE)

Actif depuis 1982, RQGE regroupe plus de 70 groupes écologistes. Des informations sur la campagne, un clip vidéo et la pétition sont disponibles au www.rqge.qc.ca/petition

-30-

Renseignements

Karel Ménard

Directeur général | Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets (FCQGED)

karelmenard@fcqged.org | 514-647-3438

Catherine Gauthier

Directrice générale | ENvironnement JEUnesse

cgauthier@enjeu.qc.ca | 514-377-3114

Comments are closed.