Historique

Nouvelle version WEB, disponible gratuitement en ligne, de l’ouvrage de référence

30 ans au RQGE, une histoire dissidente du mouvement écologiste au Québec, 1982-2012

Version e-book (tablettes / liseuses électroniques)

Version .pdf (lecture à l’écran / impression)

Première version du livre toujours disponible: Liste des librairies disponible en bas de page.

 

Vous préférez vous faire raconter l’histoire ? 4 nouvelles capsules Vvidéo résumées de l’historique sont maintenent disponibles, à ne pas manquer!

 

30 ans de lutte écologique et sociale… et ça continue!

Entre 1960 et 1970, une vague importante de contestation de l’ordre social ébranla le Québec, dont la tendance « verte », qui fut à l’avant-garde de bien des luttes. Les « verts » se firent connaître à partir de 1972 avec les campagnes contre le développement hydroélectrique. Pierre Dansereau fit paraître un ouvrage d’envergure internationale, Inscape and Landscape en 1973; Michel Jurdant dérangea avec ses Insolences d’un Écologiste en 1976; plusieurs manifestes écologistes québécois furent écrits entre 1975-1983. L’environnement était à l’agenda. Devant la volonté des groupes de se concerter, ou du moins de se tenir informés, le Réseau Québécois des Groupes Écologistes (RQGE) fut créé en 1983. À l’échelle canadienne, le RQGE participa à la fondation du Réseau Canadien en Environnement (RCE).

AGA 2012-2013 redim Les groupes membres du RQGE, d’une pluralité de visions de l’écologie ou de l’environnementalisme, n’étaient toutefois pas unanimes quant à leur outil : il ne fut enregistré comme ONBL qu’en 1988. Très tôt, une division se manifesta entre les tenant-e-s de la concertation gouvernementale et industrielle et ceux et celles qui voulaient maintenir l’écologie et l’environnementalisme dans ses pratiques traditionnelles : l’agitation, l’éducation populaire et l’organisation citoyenne. Le RQGE vécut comme réseau d’information jusqu’à ce que deux déflagrations majeures fassent, au tournant des années 1990, exploser le consensus écologique.

Premièrement, la création d’une structure nationale de concertation, le RNCREQ, qui, avec les fonds gouvernementaux, opta pour une gestion institutionnalisée de l’environnement. La seconde fut, à Montréal, l’ÉcoSommet de 1996, une grande foire du développement durable; avec le sommet de Rio, en 1992, les idées vertes avaient créées un consensus international. Le développement durable devenait une nouvelle clé politique. Ainsi, et avec le concours des structures de concertation comme les CRE, le « vert » devient une affaire profitable.

De profonds changements surviennent avec cette refonte des idées « vertes »: le nombre de groupes citoyens en environnement au Québec chute de plus de 500 en 1994 à moins de 200 en l’an 2000; les écologistes s’entre-déchirent pour les subventions, les instances gouvernementales en environnement se multiplient. Tout au long des années 1990, le mouvement social s’estompe et fait place aux professionnel-le-s de l’environnement. Encouragés par la montée du discours du développement durable ils-elles prennent une place prépondérante dans l’espace public.

DSCN2984 resized

Le RQGE redouble d’ardeur malgré ses moyens financiers déclinant, et se recentre dès 1996 sur une position critique. Le Réseau devient une fédération, véhiculant la critique des groupes dans les médias, publiant communiqués, bulletins, mémoires, etc., et prenant une place active dans l’organisation et l’émergence de coalitions, comme le Mouvement Vert Mauricie ou encore la Coalition Eau Secours!.

Le RQGE acquière une stature internationale en 2001, quand, durant le Sommet des peuples des Amériques, il organisa le Sommet Environnemental. En ce printemps 2001, le RQGE s’inscrivit dans la mouvance sociale de l’altermondialisme. Ce ne fut pas pour plaire à tous les groupes. Survint une autre rupture, en 2003 avec les professionnel-le-s de l’environnement, qui ont des conséquences néfastes sur le financement des membres du RQGE (qui sont des groupes d’action communautaire autonome). Les liens demeurent toutefois forts et le dialogue présent entre les écologistes.

Photo Manif 8 février Thien V

Avec le resserrement du Réseau, une refonte s’opéra. Depuis 2007, le RQGE offre de nouveaux outils de réseautage et une plate-forme améliorée dans l’actualité. Le RQGE compte maintenant autour de 80 groupes membres sur les quelque 140 actifs au Québec. Proche des enjeux de justice sociale, le RQGE, plus que jamais, est prêt à poursuivre le combat pour un Québec où le droit à un environnement sain soit reconnu.

———

–> Vous voulez en savoir plus?

30ans rqge cover 24 sept 2-12 copyConsultez 30 ans au RQGE, une histoire dissidente du mouvement écologiste citoyen au Québec, de 1982 à 2012 de Philippe Saint-Hilaire-Gravel.

Cet ouvrage de 213 pages est une des plus importantes contributions à l’étude du mouvement environnemental québécois. Fruit de trois ans de recherche, une douzaine d’entrevues et des centaines de références, Philippe Saint-Hilaire-Gravel, appuyé par plusieurs autres chercheurs-es, nous offre une histoire dissidente de l’écologie citoyenne à partir de l’étude du Réseau québécois des groupes écologistes.

La deuxième édition est disponible gratuitement en ligne.

Version e-book (tablettes / liseuses électroniques)

Version .pdf (lecture à l’écran / impression)

Première édition en vente dans les librairies suivantes:

À Montréal

  • Zone libre, 262, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, H2X 1L4. Tél.: (514) 844-0756
  • Paulines, 2653, rue Masson, Montréal, H1Y 1W3. Tél.: (514) 849-3585
  • L’Insoumise, 2033, boul. Saint-Laurent, Montréal, H2X 2T4. Tél.: (514) 313-3489
  • Librairie Biosfaire, 4571, rue St-Denis, Montréal, H2J 2L4. Tél.: (514) 985-2467
  • Bric à vrac, 7000, av. du Parc, Montréal, H3N 1X1. Tél.: (514) 419-7798

 

Hors Montréal

 

m4s0n501