Campagne de reconnaissance et financement des groupes écologistes

La première phase de cette campagne a pris fin le 9 mars dernier, avec le dépôt à l’Assemblée nationale d’une pétition de près de 3000 signatures, ainsi qu’une lettre d’appui envoyée aux ministres Couillard et Heurtel, signée par une soixantaine d’organismes solidaires.

La phase de 2 de la campagne sera lancée en septembre par une manifestation nationale de l’ensemble du secteur communautaire.

Soyez des nôtres le 27 septembre 2017, à Québec !

***** Phase 1 – Terminé 9 mars 2017*****

Campagne Les écologistes font du Québec un leader en environnement

Solidarité entre organisations!

Merci de signer cette lettre demandant au ministre Couillard de venir en aide aux groupes écologistes dont la survie de plusieurs est gravement compromise.

Il ne reste que quelque temps pour signer la pétition!

Date limite: 9 mars 2017! –Terminée

 

Remerciements – Crédit vidéo: Martin Cordier, Crédit voix: Emmanuel Bilodeau

À bout de souffle dû à l’absence de financement à la mission, ces groupes peinent à accomplir leur mandat. Alors que le budget du ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) ne représente que 0,2% du budget de la province, les groupes communautaires en environnement sonnent l’alarme.

Soutenez la campagne de reconnaissance et de financement des groupes environnementaux du secteur communautaire: demandez au ministre Couillard d’agir maintenant!

1- Signez la pétition

2- Relayez la campagne  (avec les visuels pour diffusion et la pétition papier)

3- Organisations! Signez la lettre demandant au ministre Couillard de venir en aide aux groupes écologistes

 Merci de la relayer aussi!

Lire le communiqué du RQGE du 14 décembre 2016- Les écologistes font du Québec un leader en environnement

Que revendiquent les groupes environnementaux?

Un financement adéquat permettant la pérennisation de leur mission, entre autres, par:

  • Le rétablissement et la bonification du soutien à la mission des groupes nationaux, insuffisant depuis des années et désormais non reconduit.

  • Un financement à la mission pour les organismes locaux et régionaux.*

Quelques faits

  • Le secteur de l’environnement est le parent pauvre de l’ensemble du secteur communautaire déjà sous-financé. En 2013-2014, l’ensemble du communautaire se partageait un financement à la mission de 526 540 000$, dont seulement 390 000$ pour le secteur environnemental.

  • Alors qu’un modeste 390 000$ était attribué à 6 groupes nationaux en 2013, le financement est aujourd’hui de 0$.

  • Le financement à la mission globale est le type de financement le plus important pour un organisme.

  • Investir dans le financement à la mission crée des emplois sur l’ensemble du territoire et génère des retombées économiques équivalant à 2 à 9 fois leurs investissements.

  • Trois ministères liés à l’environnement sur quatre ne se conforment toujours pas à la Politique de reconnaissance de l’action communautaire de 2001, pourtant en vigueur depuis 15 ans déjà. Cette politique donne la directive à tous les ministères de financer les groupes communautaires liés à leur secteur.

 

Ce que font nos groupes écologistes

(grandes victoires – quelques exemples)

Protection des bélugas de l’estuaire du St-Laurent

Arrêt de l’exploitation du gaz de schiste au Québec

Fin du nucléaire au Québec (fermeture de Gentilly-2 )

Engagement contre les pluies acides au Québec

Début de la collecte sélective au Québec

Et bien d’autres!

Conséquences réelles du sous-financement

Voici un aperçu de la triste réalité de groupes faisant partie, pour plusieurs, du paysage écologiste québécois depuis plus de 10 ans, voire 20 ans. Ils sont à la source de notre qualité de vie d’aujourd’hui.

Et ce ne sont que quelques exemples…

 

Une grande majorité des membres du RQGE ne disposent d’aucun budget pour une permanence et souvent d’aucuns ou de peu de fonds de déplacement pour exercer leur vocation et porter la parole citoyenne, voix de la démocratie, jusqu’en commission parlementaire ou autres instances. Ce sont souvent les bénévoles qui doivent assumer personnellement la charge financière pour défendre notre environnement collectif au profit de l’ensemble des citoyens et citoyennes.

Exemple de réalisations de nos groupes écologistes 

(pour n’en nommer que quelques-unes). En savoir plus

Pour ne nommer que celles-ci…

*Situation du secteur de l’environnement au sein du communautaire

En 2001, le gouvernement, de concert avec le secteur communautaire, a élaboré une Politique sur l’action communautaire visant la reconnaissance et le financement de ce secteur. Cette politique engage, entre autres choses, les ministères liés à chacun des secteurs de financer au prorata de leur budget les groupes communautaires oeuvrant dans ces mêmes secteurs. Trois ministères sur quatre reliés au secteur de l’environnement (ministère des Transports (MTQ), ministère de l’Agriculture, des pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) et le ministère des Forêts, de la faune et des parcs) n’ont jamais contribué.

En 2013-2014, l’ensemble du communautaire se partageait un financement à la mission (déjà loin d’être suffisant pour combler les besoins) de 526 540 000$, dont seulement un mince 390 000$ était attribué au secteur environnemental pour le financement des groupes nationaux et 0$ de financement pour les groupes qui oeuvrent à l’échelle locale ou régionale.

Depuis 2016, l’ensemble du financement à la mission des groupes communautaires en environnement est de 0$.

Libellé de la pétition Signons la pétition!

Rétablissement d’un programme de soutien à la mission des groupes communautaires en environnement locaux, régionaux et nationaux

CONSIDÉRANT QUE la santé des écosystèmes planétaires se dégrade à tous les niveaux et qu’il faut agir dès maintenant;

CONSIDÉRANT l’importance de modifier rapidement les comportements de la population pour atténuer les impacts des changements climatiques;

CONSIDÉRANT les engagements du gouvernement du Québec à travers ses politiques et plans environnementaux;

CONSIDÉRANT QUE l’action des groupes environnementaux en éducation environnementale auprès des populations est essentielle à la préservation de nos écosystèmes, de notre santé et de notre qualité de vie;

CONSIDÉRANT QU’investir dans le financement à la mission des groupes environnementaux crée des emplois et permet de générer jusqu’à neuf fois les sommes investies;

CONSIDÉRANT QU’il existe des fonds, dont ceux prévus par la Loi sur le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques à son article 15.1 instituant le Fonds vert;

CONSIDÉRANT QUE le gouvernement a laissé tomber le financement à la mission des groupes locaux en 2005 et celui des groupes nationaux en 2016;

CONSIDÉRANT QUE le nombre de groupes environnementaux a drastiquement chuté lors des dix dernières années dû à un manque chronique de financement;

CONSIDÉRANT QUE, aujourd’hui, seuls les conseils régionaux de l’environnement et les organismes de bassins versants bénéficient d’une reconnaissance financière;

Nous, soussignés, demandons au gouvernement de rétablir un programme récurrent et bonifié de soutien à la mission des groupes environnementaux locaux, régionaux et nationaux afin de leur permettre d’agir sur le terrain dans l’intérêt de la population du Québec, de son économie et de ses écosystèmes.

Lien vers la page Historique de la reconnaissance et du financement des groupes écologistes (RQGE)

Soutenez la campagne Écologistes debout! du RQGE

The storm on the road to L'Anse-A-Benjamin