Protection des trois grandes îles Rapport de lʼétude de la pertinence écologique de protéger les îles de lʼarchipel Saint-François

Sauvons nos trois grandes îles de la rivière des Mille îles - Laval

Protection des trois grandes îles Rapport de lʼétude de la pertinence écologique de protéger les îles de lʼarchipel Saint-François

Laval, le 19 septembre 2011. Les citoyens qui plaident depuis vingt ans en faveur de la protection des îles de lʼarchipel Saint-François, situées dans la rivière des Mille Îles à Laval, voient maintenant leurs efforts récompensés par lʼaccomplissement dʼune étape charnière. Lʼorganisme Sauvons nos trois grandes îles de la rivière des Mille Îles diffuse aujourdʼhui les résultats de lʼétude de la pertinence écologique de protéger les îles Saint-Joseph, aux Vaches et Saint-Pierre.


Le rapport de cette étude réalisée par lʼorganisme Éco-Nature fait le bilan des connaissances existantes sur la faune, la flore et les habitats du secteur de lʼarchipel. Il souligne la grande diversité de peuplements végétaux présents dans les îles. Des 245 espèces végétales quʼelles abritent, 14 sont actuellement en péril. Parmi ces dernières, notons la présence de la plus grande érablière à érable noir du Québec et le plus grand peuplement au Québec de la lézardelle penchée, une espèce floristique menacée.
De plus, lʼarchipel abrite une grande proportion de la biodiversité animale du Québec : plus de 40 % des reptiles (dont le seul site dʼhibernation confirmé de la tortue géographique, espèce vulnérable au Québec), plus du tiers des espèces dʼamphibiens, près du tiers des espèces dʼoiseaux (dont lʼaigle royal, le faucon pèlerin, le garrot dʼIslande et le pygargue à tête blanche, tous vulnérables).
Enfin, par leurs grandes superficies, leurs habitats diversifiés, leurs corridors fauniques est-ouest et nordsud, et leurs milieux humides dʼimportance, les îles de lʼarchipel Saint-François assurent le maintien dʼune faune et dʼune flore riches et diversifiées. Leurs boisés, rives, baies, marais, marécages et herbiers créent ainsi un ensemble unique et incomparable dans le paysage urbain de la grande région de Montréal, en plus de contribuer à la biodiversité de la rivière des Mille Îles et des écosystèmes régionaux, ainsi quʼà la santé de lʼécosystème du Saint-Laurent.
Selon Éco-Nature, il est impératif et urgent de protéger lʼécosystème de lʼarchipel Saint-François. En effet, les travaux des experts mènent à la conclusion que les trois grandes îles possèdent une valeur écologique élevée et que leur intégrité écologique peut être durable. Lʼorganisme relève que lʼétalement urbain menace de plus en plus ce quʼil reste de milieux naturels dans la grande région métropolitaine où vit la moitié de la population du Québec. De surcroît, le réseau québécois dʻaires protégées dans le sud du Québec est actuellement insuffisant pour couvrir cette région qui est reconnue comme étant la plus riche au plan écologique mais également la plus urbanisée. Éco-Nature recommande donc « que les autorités compétentes en matière de conservation de milieux naturels accordent aux îles Saint-Joseph, aux Vaches et Saint-Pierre un statut de protection adéquat dans les plus brefs délais ».
Aux yeux de Sauvons nos trois grandes îles de la rivière des Mille Îles, ce rapport vient confirmer la pertinence de l’ensemble de ses démarches de sensibilisation et de mobilisation de la communauté. D’une part, il permet de soutenir scientifiquement les 41 164 citoyens qui ont exprimé leurs besoins et valeurs de santé, de plein air et de beauté, et qui ont demandé au gouvernement, par le biais d’une pétition, la protection, la conservation, l’acquisition et la mise en valeur des trois grandes îles. D’autre part, il vient rappeler les liens qui unissent l’organisme et les élus. À cet effet, rappelons quʼen 2009, le maire de Laval, M. Gilles Vaillancourt, appuyait le projet de protection des trois grandes îles, et que les députés libéraux lavallois ont obtenu pour lʼorganisme lʼoctroi dʼune aide financière lui permettant de
mandater Éco-Nature pour réaliser lʼétude de la pertinence écologique de protéger les îles de lʼarchipel Saint-François.
Fort de ces justifications sociales et scientifiques, l’organisme Sauvons nos trois grandes îles de la rivière des Mille Îles demande au gouvernement, dans le cadre de sa politique du développement durable, de protéger dans les plus brefs délais la biodiversité que ce patrimoine écologique naturel nous offre. Il recommande : quʼ un moratoire soit décrété; que les trois grandes îles soient acquises dans leur intégralité afin de préserver leur intégrité; que le gouvernement soit l’initiateur de l’acquisition des trois grandes îles; que ces îles soient protégées par un statut légal reconnu; et quʼelles soient incluses dans le Refuge faunique de la Rivière-des-Mille-Îles.
Lʼétude de la pertinence écologique de protéger les trois grandes îles a été réalisée grâce au soutien financier du ministère du Développement durable, de lʼEnvironnement et des Parcs par le biais de son programme Partenaires pour la nature.
– 30 –
Pour information :
Huguette Larochelle, présidente (450) 666-0868 hupila@hotmail.com www.sauvonsnostroisgrandesiles.com

Consultation intégrale, ici.

Leave a Reply